Pour être à l’avant-garde, prioriser les piétons en récupérant au minimum les deux voies dédiées au stationnement

Suite à la présentation des scénarios proposés par la Ville de Montréal pour le réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, et sur la base des résultats des consultations publiques et des données publiées, l’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine propose un aménagement qui concorde à la fois avec la volonté populaire et avec les dynamiques commerciales. Pour être à l’avant-garde, le scénario final qui sera retenu dans les prochaines semaines doit prioriser les piétons en récupérant les deux voies dédiées au stationnement.

L’Alliance propose un aménagement rassembleur

L’Alliance a déjà fait connaitre sa position sur le réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest en mettant à l’honneur les déplacements actifs et collectifs, et en éliminant la voiture privée (sauf véhicules de livraison). Nous croyons au potentiel attractif d’une rue réservée en priorité aux piétons, aux cyclistes et aux usagers du transport collectif qui constituent actuellement 80 % des déplacements de cette destination.

Une rue partagée sans stationnement

Les scénarios présentés n’y répondent pas ou insuffisamment. L’Alliance considère que le scénario final retenu doit absolument éliminer les deux voies actuellement dédiées au stationnement sur la rue. C’est la seule façon de récupérer assez d’espace pour les milliers de marcheurs qui se bousculent sur d’étroits trottoirs. C’est aussi la seule façon d’avoir une largeur suffisante pour l’installation de mobiliers urbains de qualité et qui n’empiètent pas sur la zone de marche.

En conservant deux voies pour la circulation partagée entre automobiles, autobus et vélos, avec une vitesse limitée à 30km/h, on offre à tous les usagers de la rue le reste de l’espace pour marcher, regarder, socialiser, profiter de terrasses et d’animation et apprécier l’architecture. Selon l’Alliance, voilà le concept minimal incontournable pour rendre la rue sainte-Catherine Ouest encore plus unique et attractive.

Ce type d’aménagement, qui élimine tout stationnement sur la rue Sainte-Catherine, devrait se déployer au moins entre les rues Guy et De Bleury.

La proposition  de l’Alliance répond aux demandes citoyennes de mettre le piéton au cœur de la rue et à celles des commerçants de maintenir et d’augmenter la vitalité économique de la rue. Nos organisations continueront pour leur part à souhaiter que les deux voies de circulation soient fermées régulièrement pour transformer la rue Sainte-Catherine en rue piétonne, ce qui dans 10 ans, risque d’être demandé par la communauté encore avec plus de vigueur.

MONTRÉAL SERA-T-ELLE À L’AVANT-GARDE DES MÉTROPOLES?

Suite à la présentation des scénarios proposés par la Ville de Montréal pour le réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, et sur la base des résultats des consultations publiques et des données publiées, l’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine[1] propose un aménagement qui concorde à la fois avec la volonté populaire et avec les dynamiques commerciales.

L’Alliance propose un aménagement rassembleur

l’Alliance  a déjà fait connaitre sa position sur le réaménagement de la rue Ste-Catherine Ouest en mettant à l’honneur les déplacements actifs et collectifs et ainsi éliminer la voiture privée (sauf véhicules de livraison). Nous croyons au potentiel attractif d’une rue réservée en priorité aux piétons, aux cyclistes et aux usagers su transport collectif qui constitue actuellement 80% des déplacements de cette destination. À la veille du dépôt du concept final par la Ville, l’Alliance considère que le meilleur compromis possible est de ne conserver que deux voies de circulation (partagées entre automobiles, autobus et vélos) avec une vitesse limitée à 30km/h.  Tout l’espace restant devrait être dédié aux piétons et aux aménagements urbains. Ce type d’aménagement, qui élimine tout stationnement sur la rue Sainte-Catherine, devrait se déployer au moins entre les rues Guy et De Bleury.

Le consensus général sur la place prépondérante du piéton, les chiffres qui l’appuient et la tendance claire des grandes métropoles en matière d’aménagement des rues commerciales, invitent les décideurs montréalais à prendre une telle orientation.

Une «autoroute piétonne» déjà aujourd’hui

Sainte-Catherine Ouest est déjà une véritable «autoroute piétonne». Les comptages effectués font état de plus de 6 000 piétons à l’heure. Or, les trottoirs actuels étroits ne suffisent pas à répondre adéquatement à cet énorme achalandage. Résultat : l’expérience des marcheurs et des promeneurs est largement perturbée, la situation s’assimilant aux embouteillages routiers, reportés ici sur le trottoir. Le partage de l’espace est très inéquitable. Les personnes qui circulent en voiture sont beaucoup moins nombreuses, mais accaparent la rue pour rouler et stationner.

Pour faciliter et rendre agréable la marche aux milliers de piétons qui fréquentent la rue, il faut prévoir un élargissement important des trottoirs de part et d’autre de la rue. Ainsi piétons et mobilier urbain trouveront leur juste place.

Il est aussi difficilement justifiable de continuer à réserver l’espace de stationnement sur la rue Ste-Catherine alors qu’entre Atwater et Bleury, il y a moins de 500 cases qui accommodent au maximum 3500 automobilistes/jour.  Les piétons qui déferlent sur Ste-Catherine sont plutôt de l’ordre de  45 000 à 55 000/jour et c’est justement cette clientèle qu’on veut accommoder et voir croitre. Il y a déjà plusieurs stationnements privés qui pourrait être mieux utilisés avec un jalonnement dynamique qui a déjà fait ses preuves ailleurs à Montréal.

La grande majorité du magasinage effectuée en transports collectifs et actifs

Les études démontrent que les clients des commerces de la rue Sainte-Catherine Ouest s’y rendent à 56% en transports collectifs et à 24% en transports actifs. Ce sont donc 80% des achats qui sont faits sur la rue par des personnes qui se déplacent autrement qu’en voiture. Aussi il ne faut jamais oublier que 100% des clients sont au final des piétons. La qualité de l’expérience piétonne sur la rue Sainte-Catherine s’avère donc primordiale pour le dynamisme économique de la rue et son potentiel d’accroissement de clientèle.

Une promenade urbaine qui conforte la marchabilité

La proposition de l’Alliance est tout-à-fait cohérente avec la grande promenade urbaine Fleuve-Montagne que la Ville a annoncé pour le 375e de Montréal. La promenade doit permettre de «vivre l’expérience Sainte-Catherine», aussi bien prolonger cette expérience de la Place des Festivals à la rue Guy.

Seule une vraie place aux piétons justifie un réaménagement majeur

Une fois que l’on connait l’achalandage des trottoirs, les modes de déplacements des clients, les alternatives au stationnement sur la rue Sainte-Catherine, le potentiel extraordinaire d’aménagement si l’on retire les deux voies dédiées au stationnement, on justifie les innovations emballantes comme des trottoirs conséquemment élargis et chauffants.

Des investissements majeurs pour faire une vraie différence

Avec les 150 millions $ déjà investis pour les places publiques dans le Quartier des Spectacles et les 95 millions $ prévus pour la réfection du premier tronçon de 600 mètres de la rue Sainte-Catherine, c’est beaucoup d’argent qui bénéficie enfin à ce secteur du centre-ville. Il est primordial de s’assurer que les sommes serviront à renforcer le caractère prestigieux de la rue Ste-Catherine et du centre-ville. Pour l’Alliance, voici l’unique occasion avant très longtemps d’être visionnaire pour cette importante partie de la rue Sainte-Catherine. La Ville veut réaménager pour les 50 prochaines années! La demi-mesure ne doit pas être de mise pour cette artère commerciale et touristique centrale pour Montréal. Une réallocation majeure de l’espace au profit des usagers-piétons de la rue est la seule façon de poser un geste distinctif en faveur d’une image audacieuse et créative de Montréal et d’offrir un legs durable ancré dans le 21ème siècle.

La proposition  de l’Alliance répond aux demandes citoyennes de mettre le piéton au cœur de la rue et à celles des commerçants de maintenir et d’augmenter la vitalité économique de la rue. Et nous, nous continuerons de souhaiter que les deux voies de circulation soient fermées régulièrement pour transformer la rue Ste-Catherine en rue piétonne, ce qui dans 10 ans, risque d’être demandé par la communauté.

[1] Conseil régional de l’environnement de Montréal, Centre d’écologie urbaine de Montréal, Vivre en ville et Vélo Québec